dimanche, mai 25, 2008

Le New York Times fait découvrir la Tunisie à ses lecteurs.

Par ici la visite :
Where Europe, Africa and the Mideast Meet in Tunisia

De l'enfer irakien au football brésilien. Le destin d'Ali Khaled Abu Taha.


Le destin des réfugiés réserve parfois d'incroyables surprises... C'est le cas de celui d'Ali Khaled Abu Taha, un jeune Palestinien d'Irak. Celui ci a quitté l'Irak pour la Jordanie et s'est installé ensuite avec sa famille au Brésil, pays qui a accueilli, en 2007, 117 Palestiniens d'Irak.

Bien loin du Moyen Orient, une prometteuse carrière de footballeur semble s'offrir à ce jeune triplement réfugié. De la Palestine à l'Irak, de l'Irak à la Jordanie, de la Jordanie au Brésil. Incroyable destin que celui de la famille de ce jeune homme !

Bonne chance Ali !


Voici l'article que lui a consacré la Brazil Arab News Agency :
http://www.anba.com.br/ingles/noticia.php?id=18415

Jordan, State of dispair.


Voici un excellent reportage sur la situation des Irakiens en Jordanie.

Le type même de reportage de qualité dont manque horriblement le paysage médiatique français qui, à ce jour, n'a aucune chaîne d'information digne de ce nom.

France 24 ou BFM TV font bien pâle figure face à la BBC ou à Al Jazeera International !



video

http://www.youtube.com/watch?v=dHVh0uBUFy0

http://www.journeyman.tv/

jeudi, mai 22, 2008

La Jordanie vue de Paris.



De retour à Paris depuis quelques jours mais mon esprit est resté, en partie, à Amman.

Dernières nouvelles du Royaume hachémite :

- Non à la célébration des 60 ans d'Israël : ici
- Justice jordanienne : ici
- Quand les Jordaniens donnent des leçons aux Egyptiens : ici
- Le coeur des Jordaniens :

lundi, mai 19, 2008

Quand mon ordi m'annonce la destruction des USA...

Je viens tout juste d'acheter un nouveal ordinateur (un Sony VGN-CR31S en rose pour les curieux).

Une des premières choses que j'ai faite c'est d'installer le logiciel Islamic Finder qui permet une fois renseignée sa localisation géographique d'entendre Al Adhan aux horaires précis de prière. Bien pratique et agréable pour les personnes ne vivant pas dans un pays dit musulman.

Quelle n'a pas été ma surprise une fois le téléchargement terminé de découvrir dans l'espace réservé aux liens publicitaires, cet étrange et surréaliste message : "2008 : God' final Witness. Unprecedented destruction will come in 2008, leading to America's fall. www.the-end.com"

Comment un tel lien peut il se trouver là ? S'affiche t'il également aux USA ? (j'imagine que oui...). N'y a t'il donc aucun contrôle des liens publicitaires ?




dimanche, mai 18, 2008

AFP MENACEE, PRESSE BAILLONNEE, LIBERTES EN DANGER

APPEL A UN RASSEMBLEMENT DE PROTESTATION
LE MERCREDI 21 MAI A 15 H

Suite aux attaques répétées contre l'AFP émanant de hauts responsables politiques français, et parfois lancées devant la représentation nationale, les syndicats toutes catégories de l'Agence France Presse appellent l'ensemble dupersonnel à un rassemblement de protestation devant le siège, place de la Bourse, le mercredi 21 mai à 15H00.

Les personnels des autres médias, et plus largement, tous les citoyens attachés à la liberté de la presse, sont également invités à participer à cerassemblement, qui se tiendra sous le mot d'ordre suivant: AFP MENACEE, PRESSE BAILLONNEE, LIBERTES EN DANGER

mercredi, mai 14, 2008

Amman: a long term temporary stage for Iraqis

By Amira Souilem (Tunisia/France), Gulsen Devre (Holland/Turkey) and Letizia Gambini (Italy)
From Amman, Jordan. 13th May 2008


We're not staying here” keeps on saying Razaq, a 45 years old Iraqi mechanical engineer. Razaq is as 500 000 Iraqis that left their devastated country to settle in Jordan, according to Jordanian official sources. They moved “temporarily” as they say, at least as they hope. 53 331 of them are registered at the UNHCR in Amman, the Jordanian capital. Razaq came to Amman on the 3rd of June of 2005 he remembers vividly. He used to work as a mechanical engineer, then as a taxi driver, when members of militia, who he cannot identify, clearly took possession of his workplace. For being a catholic family, the Razaq's received repeated threats from militia accusing them to be “koffar”, non believers, and being collaborators with Americans. Razaq kept on working as a taxi driver connecting Baghdad and Amman. “One day,” says Razaq, “I don’t know who exactly, maybe the Mahdi army, maybe Al Qaida or Saoudis, never mind, someone tried to kidnap my son Mokhless.” “In the middle of the day, in the street just in front of our house”, points out Razaq’s wife, Imane. The attempt to abduct their son was the straw that broke the camel's back and it convinced them to put the whole family in the car and move to Jordan.

Insecure safety
Arriving in Amman, they felt relieved as they found the "safe haven" they were looking for their four children. But being safe seems not enough today for the family. When arriving to Jordan, they decided to put their children in private schools. They could afford this since they brought with them cash and sold the car with which Razaq used to work as a taxi driver. In 2007, King Abdullah II granted all Iraqi refugees regardless of their status the right to enrol also in Jordanian public schools, even though Razaq's children are not going to school anymore. Private schools are too expensive for this family, they are running out of money and the public ones have a very bad reputation according to them.


“I'm not allowed to work, what future can I afford to my children?” asks Razaq when showing his UNHCR asylum seeker certificate. And that is the main issue. The Jordanian government does not allow the Iraqi refugees to work since Jordanian unemployment varies officially and unofficially respectively 15% and 30%. At the same time, not being allowed to work makes the refugees even more vulnerable, since an important part of them has already spent the cash they brought with them from Iraq. From now on, they are depending on the funding of the International Community through the UNHCR. The UN agency is facing today severe funding problems, which bolsters the critical situation. “The food boxes we were able to provide cost 70 US dollars last year while this year the same food boxes cost 113 US dollars”. Ziad Ayad, an associate research officer at the UNHCR in Amman, says.
The future is not predicting any improvement in Jordan. Ziad Ayad, is well aware of the current tense situation. Nevertheless, he still has hope the crisis can be defused if the security is re-established in Iraq so that a certain number of refugees can return back home.


Guests vs. Refugees
Iraqis in Jordan are not recognized as “refugees” but as “guests”. Behind this poetic designation there is a harsher situation. Whereas refugees have rights, guests don't. Jordan is not a signatory of the Geneva Convention 1951, which implies that local authorities are not obliged, as the Convention states, to provide them food, health care and the right not to be repatriated.

Jordan is a country that has been hosting refugees for decades: in 1948 after the creation of Israel that lead Palestinians to flee from their lands, in 1967 after the Six Days War, in 1991 after the first Gulf War and eventually in 2003 after the American intervention in Iraq. “Jordan is in between the hell” sums up Jameel Dababneh, project officer for Caritas Jordan. And Iraqi “guests” do well understand the national context and even sometimes thank the Kingdom to have accepted them despite the hindrances they are facing in their daily life.

The only durable solution


Few metres away from Razaq and Imane lives another Iraqi family. Fadhel’s family is Muslim and came to Jordan in 2004 after having also received several threats for having worked for American Forces in Mosul for almost one year since the fall of Saddam Hussein’s regime. Fadhel has two sons and three daughters, the oldest of which is already married and living in the United States. His family lives in East Amman. “Jordan is only a temporary stage for us” says Fadhel, “we have applied for re-settlement in the United States”. Again, local integration is not seen as an option. As the UNHCR officer Dana Bejali mentions, there are only three possibilities for refugees: voluntary repatriation, local integration or resettlement. “The first one is impossible due to the actual situation in Iraq,” she explains, “the second is not feasible due to local legislation which leaves us with only resettlement, that is right now the only durable solution: and this is what the refugees want, but the criteria are very hard to meet for them.”

The restrictions to enter the hosting countries as the United States, Canada or Sweden are getting even stricter. Meanwhile, Amman seems to be a long term temporary stage for Iraqis…

dimanche, mai 11, 2008

Réciprocité tuniso-jordanienne.

S'il peut être un peu délicat pour un Tunisien d'entrer en Jordanie (j'ai eu écho depuis de nouveaux cas, notamment de garçons tunisiens), il semblerait que les Jordaniens puissent aussi avoir du mal à entrer sur le territoire tunisien.

Walid, un jeune Jordanien me racontait aujourd'hui avoir été invité en Tunisie pour une conférence. Avant de s'envoler pour Tunis, il s'était renseigné auprès de l'Ambassade de Tunisie en Jordanie sur les formalités d'entrée. On lui avait dit qu'il pouvait obtenir le visa à l'aéroport.

Arrivé à l'aéroport Tunis-Carthage, Walid a été retenu douze heures au terme desquelles on l'a fait embarquer dans le premier avion pour.... Damas... puisqu'aucun vol pour Amman nétait prévu.

"Allah y khalilqom Zeyn el Abidine".


"Allah y khalilqom Zeyn El Abidine ya Rab !"
Parole d'un réfugié irakien à Amman.

Les Irakiens de Tunisie.

Aujourd'hui en parlant avec des réfugiés irakiens établis à Amman, on m'a demandé à plusieurs reprises si la Tunisie avait accueilli des Irakiens après l'intervention américaine de 2003 et quelles étaient les modalités d'entrée dans notre pays pour les Irakiens. J'ai été incapable de répondre à ces questions. Si quelqu'un en sait plus sur les Irakiens en Tunisie, merci de me faire signe ! Ca m'intéresse ! Merci d'avance.

Amman, centre de rétention à ciel ouvert

En plus de la famille irakienne pro américaine que j'ai rencontrée aujourd'hui, j'ai fait la connaissance de deux familles irakiennes chrétiennes qui ont dû fuire l'Irak après la chute de Saddam Hussein. Le constat est assez semblable. Les deux familles ont

- reçu des menaces persistantes de milices armées (lettres de menaces, rapts, expropriation)
- ont été assimilés à des "mécréant"
- ont été assimilés à des "collabos" du fait même de leur religion.

Aujourd'hui, ces deux familles sont établies à Amman. Ne pouvant travailler légalement (sous peine d'etre reconduits en Irak) et ayant épuisé leurs économies, elles tâchent de survivre. Leurs enfants qu'ils avaient d'abord mis dans des écoles privées ne sont plus scolarisés. Pas même dans les écoles publiques, celles ci ayant, selon eux, mauvaise réputation et entraînant, bien que gratuite, des frais que la famille ne peut plus se permettre (fournitures scolaires, transports...)

Une des mamans irakiennes rencontrées aujourd'hui et qui me confiait travailler au noir comme serveuse et avoir été obligée de faire travailler sa fille de 13 ans pour pouvoir survivre a littéralement explosé en sanglots quand je lui ai demandé ce que faisait sa fille qui a immédiatement quitté la salle...

Ce sont des milliers de familles irakiennes qui sont aujourd'hui dans cette situation. Elles attendent qu'un pays daigne les accepter.


Amman a décidément des airs de grand centre de rétention.

Rencontre insolite à Amman : des réfugiés irakiens qui défendent les Américains.

Rencontre insoupçonnée.

J'ai choisi, avec une amie italienne participant aussi à l'Euromed Academy for Young Journalists, de traiter de la question des réfugiés irakiens en Jordanie.

Pour nous frotter à la réalité du terrain, nous avons pris un taxi pour un quartier d'Amman réputé abriter une importante communauté irakienne. Nous y avons rencontré M'hammed, un jeune Irakien de 21 ans qui nous a présenté sa famille.

Une famille irakienne insolite, c'est un euphémisme.

La famille de M'hammed est ce que l on peut etre tenté de qualifier de "collabos" : des Irakiens qui ont coopéré avec les troupes américaines.

Si je savais que des Irakiens ont pu collaborer avec les Marines pour diverses raisons (économiques, politiques, opportunisme...), je n'aurais jamais imaginé que plus de cinq ans après l'intervention américaine qui a conduit l'Irak au chaos le plus total, on puisse trouver parmi les réfugiés les plus pauvres de fervents défenseurs de la politique américaine en Irak. Jusqu'ici, j'imaginais que le slogan "C'était mieux sous Saddam" était très largement partagé.

La famille de M'hammed, originaire de la région de Tikrit et du Kurdistan irakien, porte une aversion très prononcée (encore un euphémisme...) pour l'Ancien Président qu'ils accusent d'avoir affamé et humilié le peuple irakien. Après la chute du régime baassiste en avril 2003, incapable de payer son loyer et avec plusieurs enfants à charge, le père de M'hammed a décidé, comme d'autres familles irakiennes, d'investir un des Palais de Saddam, celui de Mossoul en l'occurence, et de s'y établir.

La famille se rapproche progressivement d'une unité américaine stationnée à proximité du Palais. Des liens s'établissent et l'unité en question finit par demander aux femmes de la famille de leur laver leur linge et de leur préparer à manger en échange d'un salaire. Proposition inespérée qu'accepte avec "fierté" la famille de M'hammed.

Une acceptation qui leur coutera très cher puisque les photos de l'ensemble de la famille seront affichés dans Mossoul et circuleront même sur CD. Wanted, ils reçoivent de nombreuses menaces. Une des filles nous a même montré l'impact d'une balle permanent sur un de ses bras et son doigt manquant, des miliciens ayant tiré délibérement sur la famille. Leurs vies étant en danger, ils décident de tous fuire pour la Jordanie où ils habitent maintenant depuis quatre ans.

Une des filles de la famille est, aujourd'hui, mariée à un Américain et vit aux Etats Unis. Une autre est fiancée à un Américain aussi et attend avec impatience son départ.

Cinq ans après l'entrée des forces américaines en Irak, la famille de M'hammed vit dans la promiscuité la plus totale dans un très modeste appartement d'Amman sans pouvoir travailler, la loi jordanienne interdisant aux Irakiens d'exercer dans le Royaume sous peine d'être transféré en Irak. Cinq ans après ils continuent de vivre terrorisés à l'idée qu'on puisse les retrouver et les liquider. Cinq ans après les Etats Unis semblent les avoir complétement oubliés. Et pourtant cinq ans après, l'ensemble de la famille continue de soutenir envers et contre tout que les Américains ne sont pas responsables de la situation actuelle en Irak. Selon eux, les diverses milices sunnites et chiites ont empêché les Américains de "finir le travail". Ils ne regrettent pas un instant d'avoir collaboré avec la force occupante. Ils avouent même que si c'était à refaire, ils le referaient et que l'unité américaine avec laquelle ils travaillaient leur manque énormément.

La famille de M'hammed a envoyé plus de dix requêtes au Haut Commissariat aux Réfugiés expliquant sa situation. Sans réponse. Aujourd'hui la famille batit son unique espoir sur la promesse récente de Condolezza Rice d'accélérer l'octroi de visa pour les Irakiens ayant collaboré avec les forces américaines. En attendant ils gardent précieusement les diplômes de loyauté distribués par l'armée américaine et continuent de rêver à une vie meilleure chez l'Oncle Sam...

vendredi, mai 09, 2008

Quand le conflit israélo-palestinien nous rattrape...


Dans le cadre de l'Euromed Academy for Young journalists qui a lieu à Amman, en Jordanie, et qui regroupe dix huit jeunes journalistes de pays arabes et européens, il a été convenu que nous fassions une visite de la Rédaction du Jordan Times, principal journal en langue anglaise du Royaume.

Mais ... car il y a un mais. La Rédaction a suspendu son accord apprenant qu'un participant israélien faisait partie de notre groupe. Il a fallu la médiation du Goethe Institute d'Amman et de l'Ambassade allemande en Jordanie pour que l'accord final soit donné pour notre venue.

Il est intéressant de voir comment notre groupe a réagi à cette annonce. A ma grande surprise un participant égyptien a tout simplement proposé d'annuler la visite puisque le Jordan Times estimait indésirable la présence de notre camarade israélien. L'Italienne a, quant à elle, fortement argumenté que nous devions, au contraire, y aller en tant que groupe soudé et montrer qu'il était possible au sein d'un même groupe de travail d'avoir des Israéliens, Libanais, Palestiniens et Européens.

Nous n'en savons pas plus sur les raisons exactes qui ont conduit le Jordan Times à refuser momentanément notre venue. Il semblerait qu'un accord au sein de la rédaction empêche les journalistes d'avoir tout contact avec des Israéliens. On peut donc se demander comment ces journalistes écrivent leurs articles quotidiens sur le conflit israélo-palestinien.mais également à quoi rime cet accord, en Jordanie, seul pays arabe avec l'Egypte à avoir signé un traité de paix avec Israël.

Qui a osé dire qu'Amman est une ville "moche" ?


Hier soir un concert était organisé au théâtre romain d'Amman à l'occasion du jour de l'Europe. Le groupe Rum Tareq Al Nasser a enchanté l'auditoire avec ses rythmes entraînants et envoutants.

La vue depuis le théâtre était somptueuse. Rien que pour cela je ne laisserai plus personne dire qu'Amman est une ville "moche".







lundi, mai 05, 2008

Arrivée à Amman d'une Tunisienne. C'est suspect...

Je suis à Amman depuis hier soir dans le cadre de l'Euromed Academy for Young Journalists qui regroupe 18 jeunes journalistes de pays européens et arabes.

Je suis arrivée hier soir dans la capitale jordanienne. Pleine d'idéalisme aux relents néo-panarabe, j'avais pris la ferme et fière résolution de fouler le sol jordanien en brandissant mon passeport tunisien et non pas français. Je l'ai bien vite regretté...

A peine avais je tendu mon passeport tunisien qu'un agent jordanien s'adressa à son collègue et lui lança : "Pour les Tunisiennes, la procédure est la même que pour les Marocaines ?"

Les Marocaines qui voyagent en direction du Proche Orient et du Golfe arabe pour monnayer leurs charmes se sont chargées de salir la réputation de l'ensemble des Maghrébines. Entrer en Jordanie avec un passeport tunisien quand on est une fille peut donc être suspect. Je l'ai appris, à mes dépends hier soir.

Alors que les Françaises, Espagnoles ou encore Danoises ont pu obtenir leur visa en toute tranquilité, la Tunisienne que je suis a été invitée à suivre un autre agent jordanien, à l'écart de la file, pour répondre à quelques questions agrémentées de regards décontenançants : qu'es tu venir faire en Jordanie ? Pourquoi voyages tu seule ? Où vas tu habiter ? etc...

Paresseuse que je suis je n'avais même pas pris la peine de noter le nom de mon hôtel sâchant que le Goethe Institute, organisateur de l'évènement avait envoyé quelqu'un me chercher. Je vous laisse donc imaginer la tête de l'agent quand je lui ai dit que je ne savais pas où j'allais séjourner.

Pour mettre fin à cette situation, quelque peu embarassante, j'ai dû brandir mon passeport français.

Désillusions...